Huitre plate

Ostrea edulis

Autre appellations en Europe :

           
  DE : Auste
IT : Ostrica
DA : Osters
ES : Ostra plana
GR : Ostrea
NL : Oester


PL : Ostryga jadalna
PT : Ostra plana europeia
 

Présentation générale :

La forme ronde de la coquille de l’huître plate permet de la distinguer de sa cousine japonaise, l’huître creuse,  beaucoup plus allongée. Rugueuse, elle est couverte de lamelles concentriques crayeuses. L’huître plate possède deux valves inégales. La gauche qui s’accroche au substrat, est concave et contient la chair de l’huître. La droite est presque plate. La surface externe de la coquille est blanchâtre, voir brune claire pour la valve droite avec des bandes concentriques bleuâtres. L’intérieur est lisse, nacré et peut présenter des zones gris-bleuâtres.

Présentation générale :

L’huître doit être vivante, bien fermée et sans odeur suspecte.
Les huîtres ne doivent pas être retournées et l’on peut apposer un poids pardessus, afin qu’elles ne se vident pas de leur eau. Elles peuvent être conservées de cette manière, à l’abri de la lumière, à environ 5 °C pendant près de 10 jours.

L’étiquette sanitaire, obligatoire, donne une date de conditionnement et parfois une date limite de consommation.
Au moment de la consommation, l’huître doit se rétracter si on la taquine avec la pointe d’un couteau ou avec une  goutte de citron. Attention, si elle se rétracte trop, cela veut dire qu’elle a déjà perdu toute son eau. Si elle ne se rétracte pas, elle est morte et donc impropre à la consommation.

À noter :

Si pour les huîtres creuses, les amateurs préfèrent les calibres moyens, les amateurs préfèrent les gros calibres pour la plate dont le taux de chair est généralement plus faible.

Selon leur provenance, les huîtres plates peuvent prendre d’autres appellations : belons (Bretagne), gravettes (bassin d’Arcachon).

Revenir