Baudroie

Lophius piscatorius, Lophius budegassa

Autre appellations en Europe :

           
  EN : Monkfish ou anglerfish
ES : Rape
IT : Ranapescatrice
DE : Seeteufel
NL : Zeeduivel
DK : Havtaske
PT : Tamboril
NO : Breiflabb
IS : Skötuselur
GR : VatroschÒpsaro


FI : Merikrotti
PSU : Marulk
JA : Anko
 

Présentation générale :

Le corps de la lotte est assez plat, sa tête très large et épineuse. Sa bouche est très grande, armée de dents. Sa peau est sans écaille, de coloration brune. Son ventre est blanc. Les parties comestibles sont la queue, les joues et le foie. Deux espèces proches l’une de l’autre ont un intérêt commercial. La plus abondante est la baudroie commune (L. piscatorius). Elle se distingue de la baudroie rousse (L.budegassa) par la couleur de la membrane tapissant l’intérieur du ventre (péritoine) : blanche pour la baudroie commune et noire pour la seconde.

Présentation générale :

La peau doit être brillante et humide. L’absence de peau, surtout chez les gros spécimens, peut traduire un manque de fraîcheur. La coloration des joues doit être blanc rosé. La chair, normalement blanche et translucide, vire au jaune lorsqu’elle est altérée. Sa texture doit être ferme et élastique.

À noter :

Baudroie Aux deux espèces européennes capturées en Atlantique nordest (ANE),  s’ajoute la baudroie d’Amérique (Lophius americanus) pêchée en Atlantique  nord-ouest (ANO) et importée en frais par avion. Le Brésil et la Chine  exportent également des queues de lotte, principalement congelées.

Revenir