Revenir

Distri Malo veut valoriser les Saint-jacques de plongée

Prototype du billot pour cette saint-jacques de plongée dont les tarifs cette année sont de 4,50 € HT le kilo pour les 6-8/ kg, 5,90 € pour les 4-6 et 7,50 € pour les 3-4. (Crédit photo : C.A.)

Dans les Côtes-d’Armor, la saison de la saint-jacques a ouvert le 2 octobre. Nouveauté cette année : la pêche à la plongée sera autorisée sur l’ensemble des gisements. « Les pêcheurs licenciés pourront travailler sur l’ensemble de la saison qui court jusqu’à fin mars », indique Cédric Juhel, commercial marée chez Distri Malo.

« La continuité d’approvisionnement étant assurée, il devient possible de travailler sur le segment premium », poursuit Hubert Tregouet, responsable du pôle marée du mareyeur-grossiste.

Implanté à Saint-Malo, ce dernier a noué un partenariat auprès de quatre des huit détenteurs de licences, en s’engageant à leur acheter l’intégralité de leurs captures sur la saison. «  Par semaine, nous recevrons environ six tonnes de saint-jacques de plongée », chiffre Hubert Tregouet. Un volume suffisant pour investir dans du marketing et valoriser cette coquille bretonne sans corail, cueillie sans le moindre impact sur les fonds marins, dépourvue de sable et garantie sans casse. « Les billots seront composés de tailles homogènes : les 3-4 au kilo plutôt destinés aux restaurants étoilés, les 4-6 au kilo plus prisés des poissonniers et les 6-8 au kilo qui ciblent les grandes surfaces, comme U, qui développent des gammes marée premium », poursuit Hubert Tregouet.

Pour le lancement imminent de cette offre, Distri Malo prévoit des billots de 6 ou 12 kg, avec un décor travaillé. « Nous en sommes aux finitions, et espérons pouvoir mettre en avant les pêcheurs », précise Cédric Juhel qui échange régulièrement avec Michel Dauvillers, Victor Coutin, Benjamin Gaillard et Yann Loyer pour ajuster les tailles capturées en fonction de la demande. « Inutile pour eux de prélever les 3-4 au kilo. En début de saison, nous en vendons peu. Sur l’année, cette taille représente près de 10 % des volumes, contre 50 % pour la 4-6 et 40 % pour la 6-8. » Pour Distri Malo, ce lancement est d’importance, alors que le marché de la saint-jacques de drague, très promotionné, n’amène que peu de marges.

C.A.

 


8 licences accordées dans les Côtes-d’Armor.
La licence permet de travailler sur toutes les zones, notamment sur le gisement principal
de la baie
de Saint-Brieuc à partir de novembre.

Quotas : 650 kg par marée et licence, dans la zone du Nerput ; jusqu’à une tonne
dans la zone de Perros Guirec. Les quotas varient selon les zones.

Le nombre des marées est limité à deux par semaine : le lundi et le mercredi.
Pour proposer des saint-jacques du mardi au samedi, Distri Malo dispose de viviers.

Articles associés :

Voir plus d'articles liés